Real Madrid – PSG : la Saint-Valentin valait bien un compromis

Football ou Saint-Valentin ? Antoine, lui, a rusé en choisissant d’inviter sa Valentine au restaurant… qui retransmettait le match.

Un bouquet de ballons et de la viande argentine pour la Saint-Valentin. Entre le PSG et Eva, son amoureuse, Antoine, 20 ans, n’a pas choisi mercredi soir. Il a emmené sa douce au Volver, un restaurant argentin du VIe arrondissement parisien où certains joueurs sud-Américains du PSG ont leurs habitudes. La veille d’ailleurs, Ezequiel Lavezzi, l’ex-Parisien, était passé saluer Carlos, le patron.

Dans le restaurant, où trône un maillot dédicacé de Cavani, Antoine et Eva se sont installés dans un recoin. Ils sont arrivés quarante-cinq minutes avant le coup d’envoi. L’avant-match est pour mademoiselle. La suite sera pour monsieur. « Je m’intéresse un peu au foot mais si j’avais loupé ce match, j’aurai survécu, sourit Eva. Beaucoup de mes copines ont fait, comme moi, le choix de le regarder plutôt que se retrouver toute seule. » Antoine apprécie le geste d’amour. « J’adore le PSG et mon petit frère est dans leur centre de formation, souligne-t-il. Mais le plus important, c’est la Saint-Valentin. S’il avait fallu, je me serais contenté de suivre l’évolution du score sur mon portable. » Personne n’est obligé de le croire, surtout pas sa compagne. « Bon, c’est vrai que la batterie de mon téléphone est à plat, concède-t-il. Et c’est peut-être mieux qu’il y ait un écran de télévision… »

Antoine a bien calculé son coup. Alors que le match commence, son repas est fini et il peut tourner la tête sur sa gauche toutes les dix secondes pour suivre la retransmission. Beaucoup moins passionnée par le spectacle, Eva passe machinalement une main dans ses longs cheveux. De l’autre, elle pianote sur son portable dont la batterie semble, elle, bien pleine… « J’échange des textos avec mes copines célibataires », avoue-t-elle. Au moment de l’ouverture du score de Rabiot, Antoine a applaudi. Et il a ragé sur l’égalisation de Cristiano Ronaldo. Eva est restée nettement moins expansive. « Bon d’accord, il y a eu des buts, rétorque-t-elle. Mais c’était vraiment ça la chose importante de la soirée ? »

A dix minutes de la fin, le jeune couple s’éclipse. « On a un peu de trajet », explique Eva. En s’éloignant, Antoine lui lance « Je peux prendre ton portable pour suivre la fin ? » Et c’est dans le métro qu’il découvrira, avec stupeur, les deux buts du Real.

Laisser un commentaire