L'OM travaille déjà pour la création de son nouveau stade !

Lisez L'article Original
http://www.footmercato.net/images/a/jacques-henri-eyraud-avant-la-rencontre-entre-l-om-et-guingamp-en-ligue-1_229054.jpg

La guerre entre l’Olympique de Marseille et Arema ne fait que débuter. Depuis leur arrivée au club, Frank McCourt et Jacques-Henri Eyraud lorgnent l’Orange Vélodrome. Depuis quelques mois maintenant, Arema, la filiale de Bouygues qui gère l’exploitation du stade, et les dirigeants de l’OM discutent pour essayer de dessiner les contours d’un accord permettant au club d’obtenir l’exploitation exclusive de l’arène olympienne 365 jours par an.

Le 1er juin dernier, Arema annonçait la fin des discussions entre les parties : « après plusieurs mois de dialogue entre les parties en vue d’établir un partenariat durable et positif, les prises de paroles répétées de la direction du club résident à l’encontre d’Arema et de la Ville de Marseille nous conduisent aujourd’hui à devoir suspendre les discussions entamées ». Mais c’était bien entendu sans compter sur la verve de JHE, le président délégué phocéen, qui s’est exprimé dans le magazine Challenges.

« Dès notre arrivée nous avons commencé à travailler sur le sujet »

« Arema a rompu des discussions qui n’avaient plus lieu depuis deux mois. Nous attendions leur réponse à une proposition que nous leur avions faite et nous ne l’avons pas eu donc cette annonce n’était pas une surprise. Notre position n’a pas varié, l’OM doit devenir l’opérateur du stade Vélodrome comme le sont la quasi-totalité des clubs de référence en Europe », a-t-il commencé par expliquer avant d’avancer nouveau sur le thème de la menace de la construction d’un nouveau stade pour accueillir Florian Thauvin et ses collègues.

« Dès notre arrivée nous avons commencé à travailler sur le sujet avec le cabinet d’architecte américain HKS. Nous y sommes prêts même si l’intérêt supérieur du football français et marseillais n’est pas d’en arriver là. Les Marseillais ne sont pas là pour assurer à un fonds de pension un rendement de 15% sur son investissement, et ce n’est pas mon mandat. Mon job c’est d’investir comme un entrepreneur dans un stade qui peut être amélioré de manière importante », a enfin conclu Jacques-Henri Eyraud. Si ce genre d’annonce est plutôt pour mettre la pression sur Arema, le dirigeant olympien se laisse toutes les possibilités afin d’avoir ce qu’il veut. Mais cela ne devrait pas plaire aux aficionados de l’OM qui tiennent comme à la prunelle de leurs yeux à leur Vélodrome.

Laisser un commentaire