ÉDITO – La Coupe des Confédérations s’achève dans l’indifférence la plus totale

Lisez L'article Original

La Coupe des Confédérations se termine ce dimanche avec Portugal-Mexique et Chili-Allemagne, mais elle n’aura pas réussi à déchaîner les foules.

Et sinon, ça reprend quand la Ligue 1 ? Ne m’en voulez-pas, mais la Coupe des Confédérations, entre nous, tout le monde s’en cogne un petit peu. Même Cristiano Ronaldo a eu l’autorisation de rater le match pour la troisième place entre le Portugal et le Mexique, ce dimanche (14h). Preuve encore, s’il en fallait une, que cette compétition calée au beau milieu des vacances des joueurs, n’apparaît pas comme prioritaire pour tout le monde. Alors oui, vous allez me dire que CR7 vient d’avoir des jumeaux, que je n’ai aucun cœur et qu’il serait bon que j’arrête de râler. Mais franchement ? Qui s’est passionné pour ce tournoi ? Même le match qui a réuni le plus de télespectateurs (Portugal-Chili, 1,1 million de moyenne sur TMC mercredi soir) a été qualifié de purge par une partie des observateurs. Il a fallu attendre les « penos » et l’exploit de Claudio Bravo pour s’enflammer et crier au génie. Laissez-moi rire !

James Rodriguez, la surprise parisienne

Honnêtement, il ne m’a pas fallu longtemps avant de choisir entre l’Euro Espoirs et la Coupe des Confédérations. Je n’ai eu qu’à regarder la liste allemande pour me décider à suivre les jeunes. Et quand je vois Julian Draxler porter le brassard de la Mannschaft, je me dis vraiment que cette équipe, pourtant finaliste, n’a rien à voir avec celle qui sera à la Coupe du monde dans un an. Rassurez-vous, je suis loin de la crise de nerfs. Je ne regrette pas d’avoir délaissé cette Coupe pour l’Euro où j’ai pu voir des buts extraordinaires. Je me suis régalé en contemplant Saul Niguez et la jeune garde espagnole, j’ai suivi Gianluigi Donnarumma avec beaucoup d’attention, crié au scandale quand j’ai vu les supporters le traiter comme un moins que rien alors qu’il n’avait pas encore eu l’occasion de s’expliquer sur sa propre situation. Et je ne parle pas de l’Allemagne, championne d’Europe.

Les moments de joie et la découverte de nouveaux talents ont rythmé une partie de mes journées. Une partie, seulement, parce que ça y est, c’est le mercato. Et vous, comme moi, sommes plus passionnés par ça que par la Coupe des Confédérations. J’ai d’ailleurs fait le test avec des potes vendredi soir en essayant d’amener le sujet sur la Coupe des Confédérations. On m’a demandé des infos transferts sur le FC Nantes et Amine Harit, qui vient de boucler sa première saison en Ligue 1 et qui semblait donc plus intéressant qu’un soit-disant tournoi préparatif au Mondial. Même les débuts de Marcelo Bielsa à Lille, son retard à la reprise de l’entraînement et le fameux tweet de Pierre Ménès ont eu plus d’impact chez les amoureux de football que l’élimination du Mexique aux portes de la finale jeudi soir. Un match certes diffusé sur une chaîne cablé, mais qui semblait avoir peu d’importance aux yeux de tous.

Alors, stop ! Si on regarde la Coupe des Confédérations, c’est simplement parce qu’on estime ne rien avoir d’autre à se mettre sous la dent et qu’on piaffe d’impatience de retrouver le championnat. Qu’on aime la Ligue 1, la Liga, la Serie A, la Bundesliga ou la Premier League, c’est l’amour du football qui nous anime et il ne se passe pas trente minutes sans qu’on jette un œil aux mouvements de notre club de cœur. Aujourd’hui, c’est la finale de la Coupe des Confédérations et je regarderai le résultat sur mon smartphone parce que, comme vous, je veux savoir si le Chili va réussir l’exploit de réaliser le doublé Copa America – Coupe des Confédérations. Mais ce sera tout ! En revanche, si je devais finir sur une note positive, je soulignerais le bon déroulement du tournoi sur le plan organisationnel. Car si la Coupe des Confédérations sert à quelque chose, c’est bien à cela. Une répétition générale pour le pays organisateur.

Laisser un commentaire